Taking too long? Close loading screen.
...This page is loading, wait...
Effet des incendies et feux rampants dans les terres de Sumba
Nofi, un membre de Kawan Baik Indonésie qui est en service dans le projet de reconstruction de l’école Mbinudita à East Sumba a eu un incident désagréable. Imaginez, sur le chemin du village de Praipaha, que le feu a failli attraper les pneus de sa moto. La brume couvrait la zone autour, la visibilité n’était que de quelques mètres, ce qui a eu pour conséquence que Kawan Nofi ne voyant rien devant elle et encore. moins le véhicule qu'elle devait suivre. La chaleur circule vite, les feux rampants aussi! Alors qu’il était au sommet de la colline quelques minutes seulement auparavant, subitement un point de feu entourait toute la colline!
Fair Future Indonesia - Kawan Baik Indonesia | septembre 03, 2020/ Kawan Nofi, Kawan Gogon, Kawan Andri in Sumba

Bonjour Kawans, chers amis, teman-teman,

Cette question est souvent posée par des personnes en dehors de l’île de Sumba qui sont curieux de connaître la situation actuelle sur cette île. La condition en question est de savoir à quoi ressemble l’état physique du paysage de Sumba, qu’il soit vert ou brun rougeâtre du à la sécheresse unique en Indonésie sur les terres de Sumba.

Certaines personnes préfèrent Sumba durant la saison des pluies. Il fait relativement frais et les collines envahies par l’herbe de chlorophylle haute, comme un tapis vert que l’on trouve en Nouvelle-Zélande. Mais pour d’autres personnes qui aiment l’exotisme, ils seront très heureux lorsqu’ils seront accueillis par l’herbe cassante et sèche qui est presque brûlée brune rouille. Cela offre une sensation sauvage comme dans la savane africaine. Cette très belle savane est encore rarement connue ou souvent oubliée parce que beaucoup de gens sont plus familiers avec l’Indonésie comme un pays avec de nombreuses forêts tropicales.

Cependant, ce ne sont plus les deux saisons qui répondent à la question précédente.

À East Sumba, septembre est la saison des plantations dans les champs au pieds des collines! De sorte qu’au cours du mois d’août, la communauté a tendance à brûler des terres afin de nettoyer la terre pour être prêt pour la plantation dans le mois suivant et pour l’herbe fraîche pour l’alimentation animale. La communauté locale considère que brûler la terre est la solution la plus rapide et la plus facile pour nettoyer l’herbe avant la préparation de la saison de plantation, en plus que les collines brûlées ont tendance à cultiver de nouvelles herbes qui est considérée comme plus saine qu’auparavant pour leurs besoins d’alimentation animale.

L’habitude de brûler la terre est un héritage des générations précédentes de Sumba est. Du point de vue de l’éco-conservation, il est clair que le brûlage des terres est un acte qui est très dommageable pour l’environnement et qui a le potentiel de tuer la chaîne d’écosystèmes partout où le feu passe. Non seulement l’herbe, mais aussi d’autres plantes, grillons, vers de terre, insectes, et d’autres animaux. De même, le smog et le feu se propagent à partir de terres en feu qui sont très nuisibles et dangereuses pour les communautés environnantes. Ce phénomène est multiplié de manière exponentielle par les vents violents qui sont toujours présents à Sumba. En fait, l’incendie d’une partie des champs dans la zone du projet de reconstruction de notre école de Mbinu Dita est survenue de manière accidentelle en raison des autres feux de forêts et des vents forts. C’est donc une preuve concrète que ces habitudes sont vraiment très préjudiciables pour la nature, les gens, les familles.

En tant que “migrante”, venant de Sumatra soi bien loin de Sumba, Kawan Nofi est seulement en mesure d’observer et de profiter de relater les faits que causent ces feux volontaires sur la chaine de l’eco-système naturelle. Au début, c’est juste de la fumée épaisse puis cela devient de la chaleur extrême diffusés par les bois qui se consument. En fait, la solution simple pour défricher les terres est de le faire de façon manuelle, déraciner les cultures précédentes une par une. Il faudra plus de temps et un peu plus d’énergie, mais les résultats seront meilleurs sans aucun impact négatif sur la nature et la santé des gens, des personnes vulnérables.

Le phénomène de l’habitude de brûler des terres à Sumba nous encourage à refléter que toutes les habitudes ne sont pas transmises par les générations précédentes sont considérées comme « correctes », et pas nécessairement « bonnes ». Fermer les yeux sur l’impact et les conséquences de la « méthode rapide » choisie sans penser à l’environnement, peut sans le vouloir nous mettre en danger.

Kawan Nofi, Camp de base Kawan Baik Waingapu, Sumba est. Kawan Baik Indonesia et Fair Future Indonesia, le 03.09.2020.

#KawanBaikSumba #TakeCareofMyEnvironnement #ForestFireInSumba #KawanBaikIndonesia #FairFutureFoundation #FairFutureIndonesia
Share This